Flux RSS

Don d’Organes

« LE DON D’ORGANES, JE DIS OUI! »

LE BESOIN D’ORGANES

Le principal obstacle à la greffe est le manque persistant d’organes disponibles, malgré la hausse régulière de prélèvements. Pour combler ce déficit d’organes deux voies: le prélèvement de nouveaux profils de donneurs et la lutte contre le refus « par précautions ». Aujourd’hui près d’un prélèvement possible sur trois est refusé. Le refus émane le plus souvent des familles qui, ne connaissant pas la volonté du défunt, préfèrent refuser le don.

  • Nombre total de malades inscrits en liste d’attente: 11942 en année 2005 / 14500 en 2015 (+21%)
  • Nombre de greffes pratiquées: 4238 en 2005 / 5746 en 2015(+35%) dont 547 à partir de donneurs vivants.
  • En 2015 40% des malades en liste d’attente ont été greffés

 

QUI PEUT DONNER SES ORGANES APRES SON DECES ?

Il n’y a pas d’âge limite pour le don d’organes: adolescents comme retraités, tout le monde peut donner son accord au prélèvement d’organes et de tissus sur son corps aprés la mort. Aucun problème de santé ne constitue non plus un obstacle a priori au don.

PEUT-ON DONNER UN ORGANE DE SON VIVANT ?

En France, le don de rein de son vivant est possible et il est encouragé en tant que moyen supplémentaire de développer la greffe, parallèlement au don post mortem. En 2015, 567 greffes de rein ont été réalisées grâce à un don du vivant. Le don ne peut bénéficier qu’à un malade de son propre cercle familial ou affectif. La pratique est très encadrée, pour des raisons médicales mais aussi éthiques.

QUELS ORGANES SONT PRELEVES ?

Sur un donneur en état de mort encéphalique, on prélève en moyenne quatre organes.

Les organes qui ont été greffés en 2015

  •  rein: 3486
  •  foie: 1355
  •  coeur, poumon, coeur-poumon: 824
  • On prélève également souvent les cornées, et parfois des parties de l’intestin ou des tissus comme des os, des artères, des tendons.

COMMENT SIGNALER QUE L’ON EST DONNEUR ?

Une personne accepte que ses organes et tissus soient gréffés à des malades aprés son décès ! Il lui est demandé d’informer ses proches de cette décision. C’est la démarche recommandée.

C’est vers sa famille, ses proches qui partagent sa vie, que l’équipe médicale va se tourner pour s’assurer qu’elle n’était pas contre le don avant d’envisager le prélèvement. Cet échange aura lieu même si cette personne portait sur elle une carte de donneur.

Parler du don d’organes avec sa famille, ses amis, ses collègues, est utile pour mûrir son opinion ou se sentir plus à l’aise avec le sujet, mais il est essentiel de dire son choix aux personnes qui sont les plus proches: famille, personne avec qui on vit.

LOI SANTE DE 2015

La loi santé votée en 2015 par les députés applicable à partir de 2017.

Les Français majeurs sont des donneurs présumés consentants. Le moyen de refus est l’inscription au registre national du refus de don d’organe ou bien par information écrite ou orale du refus auprès des proches.

 

PLUS D’INFORMATIONS: www.dondorganes.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :